top of page

Articles et billets

Rechercher
  • Photo du rédacteurBascar

Une simple tranche de vie? Vraiment?

En apparence, il ne s'agit que d'une "tranche de vie" d'une jeune femme qui nous racontes son expérience, son vécu. Au deuxième niveau, des gens ont fait passer des castings à cette femme et ont retenu son profil. Il s'agit d'une forme de propagande subtile "à la Kinsey" qui vise à habituer tout un chacun à ce type de récits et à les considérer comme "normaux" via effet de simple exposition. Cela conditionne les jeunes filles à rejeter certaines vertus (ce qui entrainerons à terme le dérèglement de leur circuit dopaminergique). Les jeunes hommes, eux, en conserverons une image de la femme abimée qui rendras plus difficile l'établissement de liens de confiance. La rencontre se réduira alors à un rapport de force, à l'offre et à la demande. Une rencontre sans surmoi, sans troisième terme. La guerre de tous contre tous, ou chacun tenteras alors de sacrifier son voisin afin d'en retirer une stimulation à court terme. Il y a un demi-siècle à peine, un extrait comme celui ci aura valu à la chaine des monticules de courriers de plaintes du public. Aujourd'hui, le spectre du Kinsey Institute à fait son Travail et l'immense majorité des producteurs ne sont même plus conscient de travailler indirectement à un programme de fabrication de l'opinion et, derrière, de destruction de la famille, voulu et désiré par les grands groupes capitalistes... Comment fonder une famille lorsque l'on sait qu’après une poignée de partenaire, le système de récompense de la femme est alors définitivement "émoussé" et qu'elle ne pourra éprouver pour son mari l'engouement ressentit pour ses premiers amants? Raisons pour laquelle l'on conservait ses filles bien à l’abri dans les sociétés patriarcales. Ce qu'oublie de mentionner la modernité c'est qu’âpres avoir "tué le père", d'abord dans les cieux puis sociétalement, c'est aussi la famille que l'on a décimé...Et avec elle, l'environnement qui permettait à nos petites têtes blondes de grandir dans un environnement adapté à leurs capacités cognitives et à l'immaturité de leur système nerveux... L'on comprends aisément qu'un chat déteste changer d'appartement toutes les semaines. Mais que cela impacte sur un enfant est mit de coté, sacrifié sur l'Autel du plaisir individuel. Dieu est mort et la Jeune fille (Lilith) l'a remplacé. Avons nous vraiment gagné au change? Et même d'un point de vue strictement individuel...ce qui était la promesse initiale : est ce que ces quelques coups de reins valaient la dégradation des conditions de vie de vos propres enfants? C'est toujours ainsi lorsque l'on pactise avec certaines forces : la promesse est séduisante en théorie. En pratique, déjà moins. Mais je vous en laisse seul(e)s juges

88 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page