top of page

Articles et billets

Rechercher
  • Photo du rédacteurBascar

Du Disciple au Maître

"Le grade n'assure pas la compétence du gradé mais l'humilité du non gradé."

Cette phrase a toujours déclenché chez moi un sentiment de gratitude pour son auteur tant elle résumes, en peu de mot, tout un pan de ce qui fait les sociétés humaines et leur logique sacrificielle. Plus jeune, elle m'aidait à accepter de "voir" lorsqu'un professeur ou un détenteur de l'autorité n'était pas à la hauteur de sa fonction supposée. Cela m'est arrivé maintes fois. Il faut dire que j'avais plus que l'habitude de poser des questions qui ennuyaient. Il n'y avait aucune malice de ma part, juste un désir de comprendre. Mais comme je vous l'ai déjà dit ici ou en vidéo : les individus ne cherchent en réalité pas des réponses mais des narrations d'un niveau de complexité cognitive en accord avec leurs capacités (que ce soit en terme de niveau de réalité ou de quotient intellectuel/facteur g) Des lors je me retrouvais à déblayer, avec mes interrogations, des pans entiers que mes professeurs n'avaient jamais explorés. Cela ne devrait pas être en soi un problème dans le cadre d'une authentique relation Traditionnelle. Nul ne demande à personne de "tout savoir". Et des relations verticales peuvent exister en même temps que des relations horizontales, spécialement lorsqu'un étudiant "explore" de manière autonome un terrain jusqu'alors resté en friche. Mais cela demande la capacité de penser en 2 dimensions, capacité rarement maitrisées par la plupart des êtres humains et demandant une formation spéciale du système nerveux. Aujourd'hui que je me trouve littéralement au milieu de ces enjeux, étant à la fois enseignant dans certains cas et enseigné dans d'autre, je mesure l'infinie complexité de ces rapports humains. Dans les vieilles écoles japonaises (les "ko ryus") il n'était pas rare de fournir à certains étudiants plus vaniteux que la moyenne, sur des temps assez court, divers certificats. Ces certificats étaient réputés "dévoiler la véritable nature des apprenants". Les individus en quête de "compensation égotique" ou "d'image sociale"/paraitre étaient alors rapidement satisfaits et prenaient alors rapidement des distances avec l'école, ayant obtenus ce qu'ils désiraient au fond. Cela permettait habilement de se débarrasser des individus trop superficiels tout en ne réservant les secrets d'école qu'à ceux qui étaient prêt à s'investir sur le temps long et à se dédier au delà de leur petit intérêt personnel. Souvent l'on peut s'interroger sur l'impact sur le grand public que ces individus "vite promus". C'est oublier que le vulgum pécum n'a en général aucune capacité de discernement, beaucoup se contentent en général de "professeurs diplômés" ce qui leur évite d'avoir à dépenser du glucose afin de découvrir à qui ils ont réellement en face (en voila un bon exercice d'hypnomachie). Avec les années et le recul, je commence à avoir formé un certains nombre de gens à divers domaines et à avoir délivré un certain nombre de certificats. Il m'apparait de plus en plus avec clarté ces deux catégories : ceux qui savent prendre leur envol en restant connecté à la source. Ils se développent (ce qui est bien normal voir souhaitable) mais ce développement n’altère pas leur discernement quand à leurs capacités/niveau réel. D'autres ont littéralement besoin de "tuer" le père avec violence pour se sentir exister. Et cela est généralement dut à une forme de pathos non conscientisé qui se ré-invite dans la transmission et la fait pourrir de l’intérieur (à moins d'un travail particulier visant à explorer cette part de leur ombre) Dans de nombreux systèmes, les grades se veulent extrêmement nombreux et s'échelonnent sur une vie entière. Généralement, plus ces gradients sont nombreux, plus le système s'adresse à des individus "dérangés". On le retrouve par exemple dans les arts martiaux japonais avec le système des "dan(s)" ou chez divers ordre magico-initiatiques comme dans le rite écossais accepté et rectifié ou dans l'ordre de la rose-croix. De ce point de vue, l'équation devient alors "les individus n'ont pas d'humilité, nous allons leur en fournir un ersatz en créant un ordre artificiel, un infra-monde, totalement illusoire mais qui utiliseras la vanité de ces gens contre eux. C'est habile car il s'agit alors d'user de la vanité de l'adepte contre lui-même. Plus il désire "monter", plus ce désir va l'amener à s'auto-contenir. Si cela peut permettre de "tenir" des hordes de jeunes loups aux dents longues, cela se fait au prix de nombreuses antitélies (tension intérieure, envie, calomnies sur les plus gradés etc.) C'est pour cette raison qu'il n'y a pas de grades dans la Tradition authentique. Pas de "certificat d’Éveil (sic!)" Comme disait Boris Mouraviev : la morale n'est qu'une pale copie de la conscience et il convient, des que possible, de remplacer la première par la seconde. De la mème façon, lorsque je vois certains étudiants se "perdre" dans cette vanité juvénile, j'ai put avoir la tentation d’essayer de mettre en place ces systèmes afin de les contenir. Mais ces divagations ne pouvaient provenir que d'un vide de soi/moi : c'était une tentative de ne pas vivre mon impuissance absolue à aider autrui à recevoir la contenance que ses parents ne lui ont pas donné. En la matière, nous n'avons jamais que le pouvoir qu'autrui nous donne. Au premier niveau (exotérique) c'est l’élève qui croit choisir le maitre. Au deuxième niveau (Mésotérique), c'est en fait le Maitre qui choisit l’élève. Au troisième niveau (Exotérique), il n'y a pas de distinguo entre le Maitre et l'Eleve (majuscule) la rencontre a lieu et s'impose à chacun d'eux. Ainsi tout est parfait dans le meilleur des mondes et, si l'on y regardes de prêt, le constat par le Maitre de la non-contenance de l'adepte le renvoie en miroir à sa non-contenance dans son envie...d'accompagner autrui dans sa croissance. Il ne s'agit donc pas, en tant qu'enseignant, d'enseigner, paradoxalement. Mais bien d’être au service d'un Enseignement. Ce qui implique le fait d'enseigner, comme de ne pas enseigner. Cela se déroule au delà du petit moi. Une relative maitrise d'une forme de Métanoia, de lucidité implacable comme dirait mon vieux Maitre étant une forme de prérequis avant de transmettre l'approche Traditionnelle. https://www.youtube.com/watch?v=VJqTbke0R0Y...

70 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page