top of page

Articles et billets

Rechercher
  • Photo du rédacteurBascar

Peur d'en pâtir

Une forme de cécité hélas classique.


Beaucoup de militants socialo-communistes craignent que des approches basées sur l'empathie telles que la CNV (communication non violente) ne soient en fait utilisées comme cheval de Troie du capitalisme mondialisé pour neutraliser la grogne et l'agressivité du peuple.


Une sorte de sédatif psychologique déplacent le champ de la lutte à du verbiage stérile incapable de renverser un rapport de force.



Dans le chapitre 12 de son livre "les mots sont des fenêtres ou bien ce sont des murs", Marshall Rosenberg, fondateur de la CNV précise pourtant



"La CNV peut être utilisée comme un sédatif. Elle peut nous aider à nous sentir mieux, mais elle ne nous aidera pas à résoudre nos problèmes. Pour cela, nous devons être prêts à regarder nos besoins et à demander ce dont nous avons besoin."



Cela révèle que, derrière cette peur d'un usage instrumentalisée de l'empathie, se trouve très vraisemblablement, chez nombre de gens, la crainte de découvrir leurs réels besoins.



Conscientiser ces pans de son psychisme, c'est aussi récupérer un peu de sa puissance personnelle, de sa force de création.



Or, de nombreux militants s'opposent au système/au capitalisme/aux multinationales pour se sentir exister au travers d'une forme d'antagonisme mimétique.


Deleuze y faisait déjà reference il y a plus de 60 ans en ces termes :



" L'homme du ressentiment a besoin de concevoir un non-moi, puis de s'opposer à ce non-moi pour se poser enfin comme soi. Étrange syllogisme de l'esclave : il lui faut une dénégation pour faire apparence d'affirmation. "



Ainsi, la motivation occulte de cette peur renvoie bien souvent (aucun propos n'est absolu, il ne s'agit que d'une large tendance) à une non volonté de dépenser le glucose que demanderait une réelle émancipation.


Autrement dit, le système de l’esclave a trouvé dans sa condition une forme d'homéostasie moins couteuse que la libération de ses chaines pourtant scandée avec tant d'entrain les samedi en manif'



Sans surprise, la politique s'appuie sur les sciences humaines : sociologie, psychologie, anthropologie.



Et n'en rien connaitre est le meilleur moyen de s'aveugler, pendant parfois des décennies.



Mais comme nous venons de le mettre en exergue, cet aveuglement peut avoir une forme d’intérêt en terme évolutionniste : Conserver une capacité d'action élevé et un faible cout en terme de glucose cérébral.


Voila pourquoi il convient de ne pas s’arrêter au déclaratif.



Ceci étant posé, rien ne nous dit que ces cours d'empathie ne seront effectivement pas détournés à des fins d'embrigadement comme le furent les cours d'histoire, de philosophie etc.


Avec, peut etre, l'effet pervers de dégouter les jeunes de l'apprentissage de ces savoir-Etre suite à de mauvaises expériences précoces...(au passage mon correcteur orthographique ne reconnait pas "savoir-Etre", il ne dispose que de "savoir faire" et "savoir vivre", c'est vous dire...)



Créer des ancrages négatifs infantiles vis à vis de la clé de la cage.



Cela est peut être un brin paranoïaque...Mais cela confinerait au génie en terme assujettissement de toute une génération.



Je n'affirme à ce stade absolument rien.


J'envisage simplement des possibilités.



Mais connaissant la capacité de l’État à transformer toute bonne idée en aberration...

42 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Une professionnelle digne de ce nom

Cela fait 25 ans que j'étudie la psychologie de la manipulation. Et il aura fallut 25 ans pour que je tombe sur une vulgarisation qui ne se vautre pas dans le sophisme de processus désymetrisé...(Enfi

Comments


bottom of page